Brexit : Le tournant ?

Coup de Tonnerre à Londres, le jeudi 3 novembre marque probablement un tournant dans la campagne de Brexit que mène le Royaume-Uni depuis le référendum de Juin 2016.

Suite à la déclaration de la Haute Cour de Justice Britannique, affirmant l’existence d’une possibilité de faire machine-arrière pour sa sortie de l’Union Européenne, les marchés internationaux jubilent et la livre observa un bond qui accrue la pression pesant sur les actions britanniques.

Dans le sillage de la décision de la Haute cour de justice Britannique, selon laquelle la procédure de Brexit ne peut  être enclenchée sans le feu vert du parlement, la City (centre financier de Londres) s’est orientée vers une légère hausse. Ceci dit, Le sterling était pestiféré ces derniers mois, victime des craintes d’un marché anglais affaibli par les exigences de Bruxelles (UE) pour un divorce déchiré.

Source : Le Monde
Source : Le Monde

Par conséquent, la décision de la Haute Cour pourrait rassurer les banques d’investissement et privées basées à Londres, et ainsi peut être maintenir le Royaume-Uni au sein du marché unique, même après la sortie de l’Union Européenne.

Cependant, la première ministre Britannique Theresa May a engagé de vives mises en gardes à l’encontre des parlementaires voulant « bloquer » ce Brexit. Le gouvernement conservateur dirigé par Mme May a affirmé qu’il fera appel à la décision de la Cour Suprême, ainsi la première ministre appuie ses propos de fermeté en disant : « Le résultat a été clair. Il est légitime. Les parlementaires qui regrettent les résultats du référendum doivent accepter ce que le peuple a décidé ».

Mme Brexit
Theresa May : Madame Brexit

En outre, cette décision, a suscité aussi la colère des partisans du Brexit, qui se disent soucieux du torpillage des parlementaires pro-UE, qui selon ces derniers retardent les négociations du processus de sortie, un retard qui pourrait coûter très cher au Royaume-Uni.

D’ailleurs, Mme May ajoute à ses propos : «  Ce n’est pas dans l’intérêt du pays, et cela ne nous aidera pas à obtenir les meilleurs conditions pour la Grande-Bretagne. Nous devons nous concentrer sur la recherche de la meilleure issue […] Cela signifie maintenir notre plan et notre agenda ».

Néanmoins, la sphère financière londonienne critique vivement cet agenda qui ne fait qu’empêcher la City de jouer ses manœuvres, les débats à rallonge du parlement a ainsi poussé les grandes banques d’investissement à entamer dès maintenant d’importantes délocalisations de leurs sièges comme Goldman Sachs, Morgan Stanley ou Citigroup dans d’autres places européennes comme Dublin, Francfort ou encore Paris.

Brexit morose à la City
Brexit morose à la City

 

Enfin, il est clair que les acteurs financiers font vaciller la City, et la décision de la Cour Suprême ne fait qu’aggraver le débat. Les dirigeants de Bruxelles se frottent les mains, l’Union Européenne pourrait bénéficier de la chute de la City. Désormais, L’avenir des britanniques est plus que trouble !

 

Sources :

Le Monde, Bilan, Swissquote, Le Figaro, Les Echos.

%d bloggers like this:
Skip to toolbar