La révolution de la biométrie

La biométrie, qu’est-ce que c’est ?

Dans l’univers étendu de la sécurité, nous pouvons citer trois manières différentes de prouver son identité à un système ou une personne :

  • Ce que l’on possède : carte, badge, document.
  • Ce que l’on sait : nom, mot de passe.
  • Ce que l’on est : empreintes digitales, main, visage.

Et c’est aujourd’hui de ce troisième cas dont nous allons parler. En effet, la biométrie permet l’identification ou l’authentification d’une personne sur la base de données reconnaissables et vérifiables qui lui sont propres. Parmi les parties du corps les plus analysées, nous pourrons citer : les yeux, l’iris, la rétine, l’empreinte digitale et les réseaux sanguins.

Mais bien plus que la façon de le faire, …

Pourquoi la biométrie ?

Si ces différentes méthodes sont autant en vogue en ce moment, c’est pour plusieurs raisons techniques :

  • Son universalité qui prend en compte les paramètres mesurables chez tous.
  • Son aspect unique qui permet de différencier un individu d’un autre.
  • Sa permanence qui s’affranchi de sa dépendance au temps.
  • Sa sauvegarde qui se charge de collecter les caractéristiques propre à l’individu.
  • Sa mesurabilité afin de permettre des comparaisons futures.

Mais ce n’est bien évidemment pas tout. L’évolution constante de notre société en termes de communication et de diversité implique de grands enjeux concernant la sécurité. L’informatisation croissante de nos données en est le facteur clé. En effet, certaines de nos données nous sont précieuses telles que notre adresse ou nos coordonnées bancaires et certaines personnes n’hésiterons pas à user de multiples méthodes pour les acquérir et en profiter (notamment dans le milieu bancaires). Face à une sophistication croissante des techniques de piratage, se protéger contre la fraude ou l’usurpation d’identité est devenu un objectif de taille pour les entreprises mondiales ou des personnes telles que vous et moi.

Dans le milieu entrepreneurial, une fuite d’information peut prendre des proportions gargantuesques allant de la perte définitive de clients à la chute complète de l’entreprise. Les sources sont multiples : un groupe de hacker cherchant à obtenir de l’argent, une entreprise concurrente cherchant à subtiliser ces informations pour son compte ou peut-être même pour couler l’entreprise ? Les menaces sont diverses et une évolution constante de la protection est nécessaire pour se prévenir de ces dangers. C’est cette limite sans arrêt repoussée et l’informatisation grandissante qui nous ont conduit à la création et la mise en place de la biométrie.

Résultat de recherche d'images pour "hacking"

Le niveau de sécurité d’un système comporte toujours un maillon faible et ce maillon : c’est l’humain. Malgré la propagande croissante des avertissements liés à la sécurité informatique, il demeure toujours « les irréductibles gaulois » qui croient dur comme fer qu’un mot de passe formé des éléments 1234 suffira. Ce sujet fait bien souvent hausser les sourcils ou rire mais bon nombre d’employés se retrouvent dans ce cas de figure mettant ainsi en péril des données informatisées d’une grande valeur.

Mais pourquoi privilégie-t-on la biométrie à un autre système déjà existant ?

Parmi les motivations à utiliser cette méthode, trois aspects dominants peuvent être mis en avant :

  • La haute sécurité qui permet son association d’autres technologies complémentaires telles que le cryptage, la carte à puce…
  • Le confort autant pour l’utilisateur (qui a la possibilité d’oublier son mot de passe, de perdre son badge, …) que pour les administrateurs réseaux qui doivent palier à ces problèmes.
  • La relation psychologique que les clients ont envers cette méthode de sécurité. En effet, un moyen d’authentification connu tel que l’empreinte digitale permet d’aider son usager qui se sentira rassuré face à cette méthode familière.

Le dénominateur commun est avant tout est avant tout la mise en place d’une méthode simple, rapide et fiable pour vérifier l’identité d’une personne sans l’assistance d’une autre personne. Comme on peut le remarquer sur ce tableau, la biométrie permet d’éviter bon nombre de risques que d’autres systèmes ne peuvent.

2

Cette technologie possède également un domaine d’application très étendu et la liste n’est réellement limitée que par l’imagination de chacun. On pourra citer par exemple :

  • Contrôle d’accès physique aux locaux (salle informatique, site sensible, …)
  • Contrôle d’accès logiques aux systèmes d’informations (lancement de système d’exploitation, paiement en ligne, …)
  • Équipements de communication (téléphones portables, terminaux d’accès internet, …)
  • Utilisation de machines et équipements divers (coffre-fort, distributeur automatique, …)
  • Administration (fichier judiciaire, passeport, …)

Le marché croissant

De nos jours, la biométrie connaît une explosion phénoménale et sa croissance depuis quelques années est sans précédent. Selon l’agence Markets & Markets, le marché mondial de la biométrie représente plus de 10 milliards d’euros cette année et on s’attend à ce que le chiffre d’affaires de l’industrie biométrique et son l’application judiciaire se développe rapidement.

3

Revenus de l’industrie de la biométrie

Source : Acuity Market Intelligence

 

Parmi les différentes utilisations de la biométrie, le marché des empreintes digitales demeure l’un des leaders du domaine tandis que les systèmes utilisant la reconnaissance par l’iris, le visage ou la voix mettent plus de temps à émerger en raison de leurs coûts encore important.

4

Répartition des différents revenus de la biométrie

Source : International Biometric Group

D’un point de vue mondial, alors que l’Europe, les pays de l’Est et l’Afrique dominait le marché jusque fin 2013, le marché asiatique n’a cessé de croître et dépasse depuis quelques années les autres régions du monde.

6

Revenus de l’industrie biométrique par région du monde

Source : Acuity Market Intelligence

Le marché américain

Depuis des années, les États-Unis intègrent les produits d’authentification au sein de leurs sociétés. Leur position sur le marché a su progressivement se développer jusqu’en 1998 passant d’un chiffre d’affaires de 25 millions à 50 millions en un an seulement et continue de suivre une croissance forte. Ce besoin de sécuriser se fait ressentir suite à certains bilans inquiétants quant aux fraudes de distributeurs automatiques de billets qui font perdre près de 3 milliards de dollars par an ou aux 25 milliards de dollars de primes et prestations estimé par la sécurité sociale américaine versées à des personnes qui n’y ont pas le droit.

Le marché asiatique

Du fait de l’augmentation des contrefaçons et des crimes liés à Internet au Japon, les entreprises chargées de développements technologique lié à l’identification des individus grâce à la biométrie profitent d’une forte croissance générale. Depuis 2005, on peut mettre également en avant la mise en place sur toutes les entreprises de la loi sur la protection des informations personnelles forçant chaque entreprise à assurer sa propre sécurité sur les informations qu’elle détient. Mitsubishi Tokyo Financial Group, par exemple, la seconde banque du Japon, reçoit quotidiennement plus de 2000 demandes pour son nouveau modèle de carte de crédit fonctionnant par analyse veineuses de la paume de la main. Sur les 3000 distributeurs que la banque possède, la quasi-totalité est déjà équipée d’une technologie de reconnaissance de ce type.

Le marché européen

Malgré la dominance récente qu’assois le marché asiatique, l’Europe maintient fièrement sa deuxième position avec son développement notable dans la technologie à empreintes digitales et identification vocale dont l’Allemagne est le leader. Nous retrouvons la présence de la biométrie dans les visas et titres de séjour des ressortissants des pays tiers (hors UE) qui commencent à intégrer des données biométriques (numérisation du visage et empreintes digitales) également intégré dans les futurs passeports, sur recommandation du Conseil européen.

Que penser de demain ?

Comme le constate les statistiques actuelles, la biométrie est un marché loin de disparaître et qui va prendre de plus en plus d’ampleur dans le domaine de la sécurité. Les technologies de pointes développées à l’heure actuelle nous rapprochent toujours plus d’une sécurisation optimale et d’une méthode de défense sûre contre le développement parallèle du hacking. Elle ne remplacera peut-être pas entièrement les systèmes utilisées actuellement mais apporte quoi qu’il en soit un complément significatif à la protection de nos données précieuses.

Un problème demeure néanmoins encore de nos jour quoi que dégressif. En effet, la biométrie implique également une virtualisation du corps. Ce dernier est en quelque sorte démembré et répertorié dans de multiples banques de données ce qui reste discutable sur le point de la vie privée et de l’éthique. C’est l’un des principaux sujets actuellement traité par la CNIL (commission nationale de l’informatique et des libertés).

7

D’ici quelques années, il ne faudra pas s’inquiéter si nous voyons des personnes utiliser leur doigt pour payer leur facture ou si on scannera votre main pour entrer dans le bâtiment de votre entreprise ou peut-être même à l’aéroport !

La biométrie a encore beaucoup de son potentiel à démontrer au monde et nous ne sommes qu’au début de son avancée !

 

Alexandre Pican

%d bloggers like this:
Skip to toolbar